NOS DOMAINES

Manioc

Le PDA a commencé son appui à la filière manioc en 2006, mais c’est à partir de 2008 que son intervention s’est renforcée dans la filière, à travers la promotion de la CVA Attiéké. Cet appui se fait aux niveaux micro, meso et macro en partenariat avec les directions centrales et régionales du MAH suivant l’approche ValueLinks. L'appui du PDA s'inscrit dans la logique des conclusions de l'atelier national des acteurs tenu en mars 2008 et qui portent sur les axes majeurs suivants :

  • Structuration/ organisation : Le PDA appuie la structuration et l’organisation des acteurs depuis 2008. L’organisation des acteurs dans la filière manioc est très embryonnaire. L’appui se fait notamment par la sensibilisation et l’information des acteurs à la base des différents maillons sur les lois 10 et 14 et les avantages qu’ils peuvent avoir étant dans une organisation. Parallèlement, le groupe noyau qui est une organisation des acteurs mis en place suite à l’atelier national des acteurs de 2008 et qui est composé de producteurs, de transformatrices, de commerçantes et d’équipementiers est aussi accompagné en vue de son évolution vers l’interprofession de la filière quand la loi sera votée.
  • Renforcement des capacités : Le PDA accompagne les acteurs des différents maillons dans le renforcement de leurs capacités en vue de leur professionnalisation. Cet appui se fait par des sessions de formations dont les principaux thèmes sont les itinéraires techniques améliorés de production primaire, les techniques de transformation du manioc en attiéké, les bonnes pratiques d’hygiène. Aussi, en lien avec la structuration, certaines organisations constituées bénéficient de formations en développement organisationnel afin de jouer pleinement leurs rôles.
  • Elaboration d’outils pédagogiques : Suite aux différentes sessions de formations organisées entre 2008 et 2009, il a été jugé nécessaire d’élaborer des outils pédagogiques adaptés aux acteurs formés. C’est en cela que le PDA a appuyé le groupe noyau en partenariat avec le MAH pour élaborer la boîte à images sur l’itinéraire technique de production du manioc. Cet outil a été finalisé en 2010 et imprimé en 290 exemplaires qui sont distribués à 08 DRAH et CRA, à des Directions centrales du MAH et à certains projets et programmes dans l’agriculture. En 2012, il est prévu un manuel sur les bonnes pratiques de transformation qui regroupera les aspects liés aux techniques de transformation et les aspects liés à l’hygiène.
  • Accès aux boutures des variétés aptes à la transformation : Suite à l’atelier des acteurs de mars 2008, l’une des principales contraintes à la promotion de l’attiéké était l’existence d’une multitude de variétés de manioc qui ne sont pas toutes aptes à la transformation en attiéké. Le PDA a donc accompagné les acteurs à travers le groupe noyau pour faire un test variétal en juin 2008 qui a permis de sélectionner la variété 94/0270 que les acteurs appellent la « V5 » comme étant la plus apte à la transformation avec un meilleur rendement en attiéké. Suite à ce test, le PDA facilite l’accès aux boutures de cette variété aux producteurs de ses régions d’interventions essentiellement, avec de tant en tant des appuis ponctuels vers d’autres zones en prenant en charge le conditionnement et le transport, l’achat des boutures étant à la charge des producteurs.
  • Qualité : Le PDA a introduit explicitement le volet qualité dans son appui aux acteurs en 2010. Un état de lieu institutionnel et une  analyse des différentes Chaines de Valeur Ajouté (CVA) de la filière Manioc (essentiellement la transformation de racines en pâte et de pâte importée et/ou locale en attiéké, une sorte de couscous de manioc) sur leurs risques pour la qualité sanitaire et organoleptique, représentent la fondation des activités de ce point important de la Chaine de résultats.  Une série d’analyses est lancée avec le DTA/IRSAT et le Laboratoire Nationale de Santé Publique (LNSP) sur des échantillons de pâte de manioc et d’attiéké afin de mieux comprendre l’influence des différents ferments utilisés, la maitrise du processus et le rôle que joue l’origine de la pâte (importée ou locale) sur la valeur nutritionnelle de l’attiéké et la qualité sanitaire. Pour remédier au souci de la qualité évoqué régulièrement par les consommateurs, le sable dans l’attiéké,  le programme est à la recherche de séchoirs économiques et à la porté des transformatrices pour sécher la pâte et l’attiéké à l’abri de la poussière. D’autres part, le PDA accompagne la conception d’un système de décantation des eaux des presses afin de récupérer l’amidon et de permettre l’infiltration des eaux usées dans les fosses perdues, agissant ainsi contre une pollution désagréable de l’environnement des unités de transformation. Des réflexions sont en cours pour améliorer les formations sur les bonnes pratiques d’hygiène et leur application ainsi que la mise en place d’un dispositif de suivi des transformatrices formées.
  • Promotion : Le PDA accompagne la promotion des produits des acteurs notamment le manioc et l’attiéké en accompagnant ces acteurs pour prendre part aux activités de promotion telles que les JAAL, les JNP et les foires et journées dans les Régions. Aussi, le PDA a accompagné les transformatrices dans la promotion de l’attiéké séché en soutenant la conception et l’impression des emballages. Aussi, à travers les ateliers bilan dans les régions et à Ouagadougou, organisés par le PDA, les acteurs des différents maillons y trouvent des cadres propices pour la promotion de leurs produits et surtout pour nouer des liens d’affaires.

  • Dernières actualités

Vidéothèque



Get the Flash Player to see this player.

time2online Joomla Extensions: Simple Video Flash Player Module